LES ÉCORCHEURS ou L’USURPATION ET LA PESTE [vicomte d’Arlincourt] - Réf. 3672

360 

Description

LES ÉCORCHEURS ou L’USURPATION ET LA PESTE  [vicomte d’Arlincourt]

A Paris, chez Rugène Renduel, 1833

2 vols. in-8 (XVI+326+366pp) – Reliure d’époque pleine percaline noire. Dos lisses ornés de doubles filets dorés encadrant le titre et la tomaison. Titre sur lettres dorées. Coiffes très légèrement frottées avec une très petite épidermure sur la coiffe de tête du t. 1. Intérieur très frais avec quelques très rares rousseurs. Un superbe frontispice avant la page de titre dans chaque tome. Une table des fragments à la fin de chaque tome. Superbe exemplaire avec ses deux magnifiques frontispices.

Charles-Victor Prévost d’Arlincourt (1788-1856) était un écrivain très populaire surnommé « le prince des romantiques ». Sous Napoléon, il fut auditeur du Conseil d’Etat, puis intendant de l’armée d’Espagne. Il devint par la suite, sous Louis XVIII, maître des requêtes.

Dans son ouvrage Les Ecorcheurs ou l’Usurpation et la Peste, l’auteur « prit le parti d’écrire les malentendus du quinzième siècle, pour servir d’enseignemens à qui de droit » (p. XI). « L’usurpation personnifiée d’abord dans le duc de Bourgogne, puis dans Bedfort et Lancastre, y est traitée selon ses mérites ». « La peste est peinte aussi sous les couleurs qui conviennent ; elle y inspire, comme de juste, les mêmes sentimens que l’usurpations » (p. XI-XII). Ce sont deux horribles calamités.

Cet ouvrage est divisé en fragments au nombre de sept : le tocsin, la reconnaissance, le brevet, le rosaire, la catastrophe, etc. En effet tel que l’écrit l’auteur dans sa préface : « Comme je me suis livré tout-à-fait à mes impressions du moment, je n’ai nullement cherché à faire un livre régulier, méthodique et compassé » (p. XIII).

Informations complémentaires

Poids 500 kg

Renseignez ce formulaire et nous vous contacterons dans les meilleurs délais

Joignez un ou plusieurs documents (max 3) (total max de 10Mo aux formats pdf,doc,docx,xls,jpg)