PROCÈS DE Mlle CÉLESTINE DOUDET [Recueil/judiciaire] - 9512

72 

Description

PROCÈS DE Mlle CÉLESTINE DOUDET  [Recueil/judiciaire]

Sl – sd

Un vol. in-8 (195pp) – Reliure d’époque demi chagrin noir. Plats cartonnés. Dos à nerf, orné de fleurons dorés. Coiffe de tête frottée. Une très légère épidermure sur les mors inférieurs au niveau de la coiffe de queue. Champs frottés. Coins émoussés dont un un peu cassé. Intérieur frais légèrement jauni par le temps. Les p. 1 et 2 se détachent au niveau supérieur. Nos ouvrages sont tous en bon état, sauf mentions expresses contraires. Aussi nos descriptions tentent-elles d’être exhaustives. En dépit des quelques imperfections signalées, bel exemplaire.

Les faits sont les suivants : le docteur Marsden qui résidait en Angleterre, était resté veuf avec cinq filles à élever, et dont l’aînée n’avait que quatorze ans. En 1852, il fit appel à une institutrice qui lui avait été recommandée, Célestine Doudet, pour faire leur éducation. Puis un peu plus tard, il envoya ses filles à Paris avec Célestine Doudet. Mais Mary-Ann, la plus jeune, vint à décéder. On reprochait alors, à cette époque, à Célestine Doudet d’appliquer des châtiments corporels aux filles du Dr. Marsden, les privant également de nourriture. Pour cela, n’ayant pas été reconnue coupable de la mort de Mary-Ann, Célestine Doudet fut condamnée par la cour à cinq années d’emprisonnement. Cette affaire a donné lieu, plus tard, à une émission de télévision : le procès de Célestine Doudet ou le secret de Mademoiselle Célestine Doudet, dans le cadre de la série « En votre âme et conscience ». Dans ce procès on trouve comme intervenants : M° de Gaujal (avocat général) ; M° Berryer (représentant Célestine Doudet, la prévenue) ; M° Nogent-Saint-Laurens (représentant la prévenue aux assises) et M° Chaix d’Est Ange (représentant la partie civile). Cet ouvrage comporte un rapport du conseiller Thévenin ; un interrogatoire, le réquisitoire de M. l’avocat général de Gaujal ; la plaidoirie de M° Berryer ; la plaidoirie de M° Nogent-Saint-Laurens ; la plaidoirie de M° Chaix d’Est Ange ; la réplique de l’avocat général de Gaujal ; la réplique de M° Berryer et l’arrêt prononcé le 27 avril 1855. Exemplaire très intéressant de ce procès de Célestine Doudet.

Informations complémentaires

Poids 0.500 kg

Renseignez ce formulaire et nous vous contacterons dans les meilleurs délais

Joignez un ou plusieurs documents (max 3) (total max de 10Mo aux formats pdf,doc,docx,xls,jpg)