PROCÈS DU CAPITAINE DOINEAU [recueil/judiciaire] - 9510

54 

Description

PROCÈS DU CAPITAINE DOINEAU [recueil/judiciaire] – 

À Paris, librairie internationale, 1857

1 vol. in-12 (508pp) – Reliure d’époque demi-chagrin bleu marine. Plats cartonnés bleu marine et noirs. Dos à nerfs ornés de filets dorés. Titre sur lettres dorées. Des épidermures sur les plats, surtout sur le plat arrière. De très légères épidermures sur le dos. Coiffe de tête très légèrement frottée. Champs frottés. Intérieur frais avec quelques rares rousseurs. Une table des matières. Nos ouvrages sont tous en bon état, sauf mentions expresses contraires. Aussi nos descriptions tentent-elles d’être exhaustives. En dépit des imperfections signalées, bon exemplaire dans une reliure sobre et d’époque.

Titre complet : Procès du capitaine Doineau et de ses coaccusés devant la cour d’assises d’Oran (août 1857).

Le procès du capitaine Doineau a vivement excité l’attention publique. « C’est un document historique mis aux mains de quiconque se préoccupe des questions relatives au gouvernement des populations algériennes » (avant-propos). Le vendredi 12 septembre 1856, à trois heures du matin, une diligence sort de la ville de Tlemcen en direction d’Oran. A l’intérieur se trouvaient Si Mohammed Ben Abdallah et son interprète Hamadi Ben Cheuk, qui devaient accompagner depuis Oran le général de division commandant la province, aux courses de Mostaganem. A côté d’eux se trouvaient quatre voyageurs. Mais environ un quart d’heure après la sortie de Tlemcen, l’attelage se trouva encerclé par une quinzaine de cavaliers portant le costume arabe, et des coups de feu se firent entendre. Deux individus vêtus d’un burnous noir tentent alors d’arrêté l’attelage, et les coups de feu redoublent atteignant l’un des voyageurs. La voiture s’arrête. Les assaillants sont là pour éliminer Ben Abdallah et son interprète. Les voyageurs réussissent à s’enfuir pour aller chercher des secours. A leur retour, ils trouvent le cadavre de Ben Abdallah assis à sa place, et son interprète gisant sur le sol et qui devait décéder quelques heures plus tard.

Les intervenants sont les suivants : André Imberdis (président de la cour) ; M. Pierret (avocat général) ; M° Nogent Saint-Laurens (défenseur de l’accusé Doineau) ; M° Jules Favre (défenseur de Mohammed Bel-Hadj) ; M° Dieuzaide (défenseur de Bel-Kheir) ; et M° Grévy choisi par Ahmed-Ben-Baoudi-Ben-Ayad, qui n’a pu accepter la défense.

Cet ouvrage contient l’acte d’accusation ; l’interrogatoire des accusés ; la déposition des témoins ; le réquisitoire ; les plaidoiries ; l’arrêt ; le pourvoi en cassation avec les plaidoiries de M° Morin et M° Duboy ; l’arrêt de rejet. Le capitaine Doineau est condamné à la peine de mort, et les autres accusés aux travaux forcés. Exemplaire passionnant qui se place au rang des causes les plus célèbres.

Informations complémentaires

Poids 0.500 kg

Renseignez ce formulaire et nous vous contacterons dans les meilleurs délais

Joignez un ou plusieurs documents (max 3) (total max de 10Mo aux formats pdf,doc,docx,xls,jpg)