NAUNDORFF OU MÉMOIRES À CONSULTER SUR L’INTRIGUE DU DERNIER DES FAUX LOUIS XVII. SUIVI DES JUGEMENTS ET CONDAMNATIONS D’ERVAGAULT SOUS LE CONSULAT, [ THOMAS A.-F.-V] - Réf. 1358 DE MATHURIN BRUNEAU SOUS LA RESTAURATION ET DU BARON DE RICHEMENT SOUS LE GOUVERNEMENT ACTUEL [

72 

Description

NAUNDORFF OU MÉMOIRES À CONSULTER SUR L’INTRIGUE DU DERNIER DES FAUX LOUIS XVII. SUIVI DES JUGEMENTS ET CONDAMNATIONS D’ERVAGAULT SOUS LE CONSULAT, [ THOMAS A.-F.-V]

Paris, Dentu et Delaunay, 1837. 1 vol. in-8, 333 pp. Reliure d’époque demi-basane fauve. Plats cartonnés marbrés. Dos lisse orné et doré. Titre doré. Tranches marbrées. Épidermure et taches sur les plats. Un manque de cuir en tête du dos. Coins émoussés. Champs frottés voire arrachés. En dépit des imperfections signalées, bon exemplaire, rare. Parois rapporte cet étrange ouvrage dans ces termes : « Ce volume est divisé en plusieurs parties. Dans la première, l’auteur après avoir dit quelques mots sur l’ensemble des intrigues et sur les causes générales qui ont favorisé la spéculation des faux dauphins, et celle de Naundorff en particulier, déroule devant les yeux de ses lecteurs la longue suite de preuves qui établissent de manière irréfragable que Louis XVII est mort au Temple. Dans la seconde partie intitulée « Le roman de M. Naundorff et parallèle de l’histoire et du roman », il oppose à la triste et simple majesté de l’histoire le roman rempli d’absurdes inventions et d’incidents fabuleux que M. Naundorff prétend faire préférer à la vérité historique. Dans la troisième partie, il dit les rapports que son fils eut avec ce personnage, les suites fatales qu’ils entraînèrent, les occasions qu’il eut lui-même de se rencontrer avec lui, pendant qu’il cherchait à défendre la jeunesse inexpérimentée de l’aîné de ses enfants contre les pièges qui lui étaient tendus ; la proposition loyale et franche qu’il fit au prétendu Louis XVII, et la manière dont il se démasque en reculant cette proposition ; enfin le procès que son fils soutint contre cette imposteur, et comment l’auteur contribua à le faire sortir de France. Le volume est terminé par des notices sur les trois principaux prétendants au nom de Louis XVII, et leur procès : 1er Hervagault sous le Consulat ; 2e Mathurin Bruneau sous la Restauration ; 3e le baron de Richemont sous le gouvernement de Louis-Philippe en 1834, d’où surgissent encore les preuves de toute nature qui établissent d’une manière irrécusable la mort de l’infortuné duc de Normandie au Temple [Quérard]. Les déboires du fils de l’auteur avec Naundorff le guidèrent certainement à écrire ce pamphlet. Thomas fut condamné pour cette publication. Les propos tenus dans ce Mémoire sont à prendre avec la plus grande circonspection » (Parois, 1030).

Informations complémentaires

Poids 0.500 kg

Renseignez ce formulaire et nous vous contacterons dans les meilleurs délais

Joignez un ou plusieurs documents (max 3) (total max de 10Mo aux formats pdf,doc,docx,xls,jpg)