VOYAGE À CAYENNE, DANS LES DEUX AMÉRIQUES, ET CHEZ LES ANTROPOPHAGES [L-A Pitou] - Réf. 4122

450 

Description

VOYAGE À CAYENNE, DANS LES DEUX AMÉRIQUES, ET CHEZ LES ANTROPOPHAGES  [L-A Pitou]

A Paris, chez l’Auteur, 1805

2 vols. in-8 (312+404pp) – Reliure d’époque demi-basane fauve à coins. Plats cartonnés (mouchetés rouge). Dos lisses ornés de caissons décorés et de fleurons dorés. Pièces de titre rouges et pièces de tomaison vert bouteille. Quelques frottements et taches noires sur les plats. Dos un peu passés et légères épidermures sur les pièces de tomaison et de titre sur le t. 2 sans altération à la lecture. Coiffes légèrement frottées. Coupes fortement frottées. Intérieur frais avec de fortes traces de mouillures en début du t. 1 et avec des galeries de vers dans la marge. Quelques traces de mouillures également dans le t. 2. Une gravure dépliante en début du t. 1 représentant la Prison des déportés sur la Frégate la Décade ; et une gravure dépliante dans le t. 2 représentant le Désert de Konanama dans la Guyanne française. Bel exemplaire un peu usagé.

Royaliste sous la Révolution, Louis-Ange Pitou (1769-vers 1828), après avoir embrassé l’état ecclésiastique, devint chanteur des rues de Paris pour gagner sa vie. Il compose lui-même ses chansons anti-révolutionnaires, qui par certains commentaires, lui valurent la prison. Il est déporté à Cayenne pendant trois ans, et remis en liberté par des lettres de grâce de l’Empereur. En effet, « le grand juge et ministre de la Justice nous ayant exposé que Louis-Ange Pitou, condamné à la déportation pour avoir tenu des discours tendans au rétablissement de la royauté, par jugement du tribunal criminel du département de la Seine, en date du 9 brumaire an 6, s’est pourvu à fin d’obtenir grâce » (extrait des minutes du greffe). Puis pensionné par Louis XVIII, il meurt dans l’obscurité la plus complète (Michaud, t. 33, p. 427).

C’est ainsi qu’il présente son ouvrage : « Voici le tableau de mes inconséquences, de mes persécutions et de mes malheurs » (Ma vie et les causes de mon exil). En effet, « les causes de mon exil sont connues ; je le suis moi-même par mes malheurs ; ils ne m’ont pas été infructueux ; j’écris librement ce que je pense, non de mes ennemis, car je n’en connais plus, mais des pays que j’ai vus, des compagnons d’exil dont j’ai partagé la destinée pendant trois ans, des déserts brûlans qui les ont dévorés » (p. 1).

Cet ouvrage contient le tableau des déportés, la vie et les causes de l’exil de l’auteur, des notions particulières sur Collot et Billaud, sur les îles Sechelles et les déportés de nivose, sur la religion, le commerce et les mœurs des sauvages, des noirs, des créoles et des quakers.

Informations complémentaires

Poids 600 kg

Renseignez ce formulaire et nous vous contacterons dans les meilleurs délais

Joignez un ou plusieurs documents (max 3) (total max de 10Mo aux formats pdf,doc,docx,xls,jpg)